MAZDA MX-5 : pur plaisir !

Sur iDiapo, je tenais à clôturer mes essais automobiles 2015 sur un bon sentiment en jetant mon dévolu sur une icône, une auto aux codes essentiels pour les conducteurs passionnés et assumés que nous sommes. La Mazda MX-5, roadster le plus vendu au monde, me paraissait donc la cible idéale… J’entends déjà vos réflexions du type « un cabriolet en hiver ! » mais comme novembre nous distillait encore de belles journées ensoleillée, tout était réuni pour mon essai proposé par la concession Mazda RVO de Clermont-Ferrand que je remercie.

Écoulée à prés d’1 million d’exemplaires de puis 1989, la Miata (MX-5 en langage puriste) est devenue un mythe, le roadster le plus vendu de tous les temps. MAZDA aura attendu octobre 2015 pour proposer la quatrième génération, de sa MX-5 en concession.

La recette du constructeur d’Hiroshima est simple, en gros vous mélangez ce qui se « faisait » de mieux comme chez Lotus, Triumph, MG et vous obtenez la Miata ! Au menu, vous aurez un petit roadster au look peu banal proposant une capote en toile manuelle, un châssis léger équilibré avec la répartition des masses 50/50, une transmission à propulsion et des moteurs « maison » dont la fiabilité n’est plus à prouver.

Ayant tout cela en tête, j’étais impatient d’amorcer cet essai qui s’annonçait très prometteur sachant que la version 2 litres de 160 ch dans sa livrée rouge métallisée m’attendait sagement. Clé en main, nous faisons le tour de notre MX-5, c’est beau les lignes sont très équilibrées avec un 3/4 arrière aux accents de corvette. Pour l’installation à son bord, il faut descendre pour prendre place dans les sublimes sièges cuir/alcantara signés Recaro tout en sachant que cette nouvelle version (ND) a été abaissée de 20 mm. Cependant, malgré mon dos fragile, prendre place à son volant m’est apparu agréable sans me demander une souplesse ou une gymnastique particulière.

Mazda MX-5 habitacle

Dans l’habitacle, l’ambiance est soignée avec une ergonomie efficace comme ce magnifique petit levier de vitesse tombant naturellement sous la main, les aérateurs typés aviation et des commandes d’une belle finition. L’essentiel nous saute aux yeux et le côté « vintage » rassurant est préservé avec sa capote en toile manuelle mais, la technologie sobrement dissimulée semble bien présente, trahie par un écran tactile de 7 pouces. Au menu ; démarrage sans clef, Navigation GPS, Bluetooth, radio numérique, avertisseur de franchissement de ligne, allumage automatique des feux et des essuie-glaces, climatisation automatique, rétroviseur intérieur photochromatique, phares directionnels adaptatifs, système audio Bose 9 HP. ouverture/fermeture intelligente des portes et aide au stationnement arrière. Bref si la technologie n’est pas omniprésente elle est bien là et, qui plus est, de série sur notre modèle 2 litres.

Il est temps de prendre de prendre la route et, sur les premiers kilomètres mon ressenti est plutôt bon le petit roadster est assez confortable avec un excellent touché de route et une direction précise. En abordant les lacets auvergnats, quel bonheur, j’ai l’impression d’avoir retrouvé tout ce que je pensais définitivement éteint dans ce nouveau monde aseptisé : le plaisir !  Le constructeur Japonnais n’a pas loupé son coup avec une auto saine, équilibrée grâce à une chasse à la mauvaise graisse (- 97 kg) et à la dépollution de ses moteurs atmosphériques (Skyactive).

MX-5 Moteur

Ainsi, ce bloc étonne par son punch en proposant un 0 à 100 en 7,3 secondes, d’ excellentes reprises appuyées par les rapports très courts le tout, dans une sonorité envoutante, j’en veux encore… Noter que le moteur 1.5 de 130 ch, moins puissant, est également encensé par mes confrères. Pour le reste, pas besoin d’être un pilote aguerri pour profiter de la Miata, malgré son comportement très joueur elle n’en reste pas moins maitrisable en nous laissant la sensation d’être en complète sécurité. Côté consommation, celle-ci est restée raisonnable en configuration « test » avec une moyenne de 10 litres au plus haut, comptez 8 litres/100 km pour un usage plus conventionnel. Concernant le tarif, cerise sur le gâteau, ils débutent à 24800 € dans sa version 1.5 de 131 ch. en finition Élégance pour culminer à 32050 € (modèle essayé), ne cherchez pas il n’y a pas de concurrence.

Mazda MX-5 presentation

Mon bilan sera, sans grande surprise, très élogieux, car ça faisait longtemps que j’avais ressenti de telles sensations derrière un volant. La Miata a un look intemporel, une boite parfaite, des moteurs qui ont du coeur et une technologie de pointe. Le choix le plus cohérent serait le 1,5 (131 ch.) et son malus de 150 € permettant de gagner sur les 2 critères qui font tourner le monde : le plaisir et le prix ! Il aura fallu que je me fasse violence pour rendre ce MAZDA MX-5, un roadster ou jouet pour grand essentiel au paysage automobile. Aligatô Mazda !

Mazda_Banniere

La Fiche :

  • Modèle essayé : Mazda MX-5 2.0 160 ch Sélection BVM6 (32 050 €)
  • Tarifs de la gamme : de 24 800 à 32 050 €
  • Vitesse Maxi (km/h) : 214
  • Puissance DIN (ch) : 160 
  • Puissance fiscale (cv) : 9
  • Couple (Nm) : 200
  • 0 à 100 km/h : 7’3
  • Poids (kg) : 1 015
  • Longueur (m) : 3,91
  • Coffre (l) : 130
  • Réservoir (l) : 45
  • Conso urbain / extra urbain : 8,7/5,4
  • Moyenne constructeur : 6,6
  • CO2 (g) : 139 (Malus /1600 €)

 

Les points positifs

Prix le moteur
le design
le châssis
Roadster sans concurrence

Les points négatifs

Dois je vraiment en mettre ?
2 places
visibité 3/4 arrière