Mitsubishi i-Miev : Silence, on roule !

Véritable vitrine technologique signée Mitsubishi, l’i-MIEV amorce la révolution du 100 % électrique annoncée dans l’automobile. Cette micro-citadine, pionnière du genre, est faites pour affronter la jungle urbaine tout en l’aseptisant et ce, dans un silence absolu.

La Mitsubishi i-MiEV est basée sur la « i » thermique déjà vendue au Japon et en Angleterre depuis 2006. Ses dimensions surprenantes de 1,47 mètres de large et 3,47 m. de longueur n’ont pas laissé beaucoup de marge aux designers Mitsubishi préférant jouer la carte du pragmatisme à celle de l’esthétisme. Notons, cependant, que sa bouille d’espiègle et ses roues rejetées aux quatre coins lui ont attiré les sympathies lors de notre essai. Coté habitabilité, la petite Japonaise profite de son empattement généreux ainsi que de l’implantation des batteries et du moteur sous le plancher pour nous offrir 4 vraies places et un coffre d’une capacité étonnante de 227 litres. Son tableau de bord très épuré ne déroute pas trop avec un indicateur de charge en lieu et place de la jauge à essence. Malgré des plastiques un peu durs, la qualité de finition est au rendez vous en proposant des équipements assez complets comprenant airbags, climatisation, vitres électriques, autoradio, jantes en alliage, volant et leviers de vitesse gainés de cuir ou encore le siège conducteur chauffant. La boite automatique de rigueur sur les véhicules électriques permet d’optimiser la consommation grâce à 3 modes comme, « D » pour normale, B pour plus de récupération d’énergie et « C » pour des trajets extra-urbains. Au premier coup de clé, le tableau de bord s’illumine et un « bip » nous signale le bon démarrage de l’auto, bluffant ! Après avoir sélectionné le mode « D », la i décolle dans un silence de cathédrale. La prise en main se fait alors instantanément, la nippone se faufile littéralement dans le trafic avec une aisance incroyable assistée par un très bon rayon de braquage et épaulée par un couple redoutable de 180 nm.

Sur l’autoroute, les sensations sont proches de celles offertes par un planeur car, seuls les bruits aérodynamiques viennent perturber la sérénité de la conduite. Arrivant à Monnaie, Il est alors temps de faire demi-tour car après une centaine de kilomètres parcourus, l’ordinateur nous indique une autonomie de 20 km fixant notre parcours certes assez dynamique, à une honorable distance de 118 km. 2 euros et 6 heures de patience suffiront alors pour sa recharge complète sur une simple prise de 220 V. Frustrant lorsque l’on sait qu’il ne faut que 30 minutes sur une borne de charge rapide via un branchement triphasé, malheureusement encore à l’état embryonnaire en France.

Dernier sujet, épineux, le tarif : 34 790 € auxquels viendra se soustraire le bonus fort apprécié de 5000 euros. Un tarif qui peut paraître encore élevé face à celui des citadines “thermiques” incomparables pourtant avec notre i-MiEV ne nécessitant que très peu d’entretien avec ses batteries garanties 5 ans ou 100.000 km.

La Mitsubishi i-MiEV est donc une interprétation très aboutie d’un futur automobile déjà amorcé, faisant de notre petite Japonaise, la plus branchée du moment.

[flickrset id= »72157627519664127″ thumbnail= »square » photos= » » overlay= »true » size= »large »]
 

Modèle essayé : Mitsubishi i-MIEV (34 790 €*)

Vitesse Maxi (km/h) : 135

Puissance fiscale (cv) : 1

Puissance : 64 cv / 47 Kw

Motricité : propulsion

0 à 100 km/h (s) : 15’7

Poids (kg) : 1 110

Coffre à 4 (l) : 227

Autonomie (moyenne): 150 km

Temps de charge (220v / triphasé) : 6 hrs / 30 min. (80%)

CO2 (g) : 0 (bonus 5000 €)

 * bonus de 5000 euros non déduit

 

Categories: Essais auto