Peugeot 508 : l’Ambitieuse

Affichant de grandes ambitions face à une domination sans partage des marques Allemandes sur le haut de gamme, Peugeot a décidé de fusionner la 407 et la 607 en un seul modèle baptisé 508. A l’instar de Citroën et sa griffe DS, Jean Pierre Ploué, directeur du style du groupe PSA se consacre dorénavant à la marque au Lion. Après le coupé RCZ et le cross-over 3008, ce renouveau s’accentue avec cette nouvelle berline haute de gamme reprenant les atouts des 2 routières qu’elle remplace.

Pour notre essai, c’est la 508 2,0 HDI 140 Féline dans une livrée blanc nacré qui nous a été confiée. Première impression, nous sommes bien devant une nouvelle Peugeot, un modèle ne ressemblant à aucun des deux modèles qu’elle remplace. Ses lignes sont à la fois sportive, sobres et rassurantes reprenant les codes de certaines concurrentes d’outre Rhin. Peugeot ne s’en cache pas la cible de cette berline est bien la Volkswagen Passat dont le confort et la qualité de fabrication sont indiscutables. L’habitacle de la Sochalienne nous rappelle alors cette dernière avec une excellente qualité perçue accompagnée de plastiques moussés et de sièges très confortables malgré l’impossibilité de pouvoir régler l’accoudoir en hauteur. Avec ses 4,79 m de longueur, elle s’intercale entre les deux anciennes routières de la marque. Pourtant moins longue de 7 cm que la 607 elle offre un coffre plus grande capacité (515L) et les grands gabarits retrouveront la même habitabilité aux places arrières. La technologie abondante nous amène elle aussi son lot de nouveauté comme la lecture de la vitesse « tête haute », un ingénieux système d’éclairage réduisant automatiquement les pleins phares en cas de détection de source lumineuse et son climatiseur à 4 zones ne délaissant pas les passagers. Son poste de conduite assez clair et cossue fait en sorte que l’on s’approprie facilement cette 508, il est alors temps de pousser le bouton « Start »pour partir en essai. Arrivant sur les petites routes de campagne, les sensations sont là, nous sommes bien à bord d’une Peugeot au châssis redoutablement efficace nous permettant de dominer les lacets Tourangeaux dans un confort pleins de promesse pour les longs voyages. Son moteur, le 2,0 hdi 140 CV offre un agrément correct. Silencieux et docile lors des reprises il reste une alternative intéressante en terme de consommation annoncée avec une moyenne 4,8 litres aux 100 kms,  tout en offrant des prestations en phase avec le marché actuel. Il est indéniable que l’on aimerait voir rugir cette Lionne à l’aide d’un V6, mais le V6 hdi n’est plus en phase avec les nouvelles normes antipollution Européennes. Une alternative nous est donc proposée avec un 2,2 HDI de 204 CV et ses 450 Nm de couples échappent au Malus écologique. Allant de 22 900€ pour la version Access 1,6 VTI essence de 122CV à 37 850 euros pour la version GT diesel de 204 CV,  Les tarifs de la 508 sont en parfaite cohérence face aux autres marques généralistes.

Peugeot semble donc tenir ses promesses avec sa 508. Homogène et sans véritables lacunes, elle a toutes les cartes en main pour devenir numéro 1 des ventes de familiales sur notre marché avec un objectif de 30 000 ventes par an. Des chiffres très ambitieux, avant même le lancement du futur fleuron de la gamme en 2012 : la 508 hybride diesel (200 CV, 4 roues motrices, 3,8l/100kms) pleine de promesses.

Modèle essayé : Peugeot 508 2,0 HDI 140 Féline (34 250 €)

Vitesse Maxi (km/h) : 210 (limitée)

Puissance fiscale (cv) : 7

0 à 100 km/h : 9’8

Poids (kg) : 1 430

Coffre à 5 (l) : 515

Réservoir (l) : 72

Conso urbain / extra urbain : 6,4/3,9

Moyenne constructeur : 4,8

CO2 (g) : 125 

[flickrset id= »72157625979353251″ thumbnail= »square » photos= » » overlay= »true » size= »large »]
 

Categories: Essais auto