Peugeot 508 Mk II : plus mature.

C’est en cette belle journée d’automne que nous avions rendez-vous chez Peugeot ABCIS Automobile à Clermont-Ferrand pour prendre les clés de la nouvelle 508 millésimes 2014. Nous en profitons d’ailleurs pour remercier l’équipe de cette magnifique concession refaite très récemment.

Il faut avouer que ça faisait quelque temps que nous avions pris le volant d’une berline française, mais celle-ci avait suscité notre intérêt durant les journées « presse » du Mondial de Paris où les chauffeurs nous attendaient au volant de cette Peugeot 508 attirant tous les regards.

Pour cet essai, la 508 qui nous avait été confiée, était animée par le bloc 2,0 litres BlueHDI de 180 ch couplée à la nouvelle boîte automatique à six rapports, l’EAT6.

Coté design, le bouclier avant de la la berline a été totalement redéfini avec un lion à présent intégré dans la grille calandre et un regard Full LED très convaincant sur notre modèle haut de gamme « féline » . La lionne nous parait  plus racée, plus affutée en reprenant les codes actuels des berlines premium : calandre verticale et capot plus horizontal.

Cependant la 508 possède ses propres atouts, un savoir-faire à la française proposant un moteur puissant et sobre dans un châssis exceptionnel. La Sochalienne nous l’aura prouvé lors de notre essai et, les premiers lacets nous conduisant au Puy de Dôme ne l’auront jamais mise en défaut !

La boite EAT, conçue pour la marque au lion par Aisin (Japon), se marie à merveille avec  le 2.0 BlueHDi 180 ch. Plus réactive que l’ancienne transmission, cette EAT6 parait mieux équilibrée en répondant plus rapidement aux sollicitations du conducteur.

Longue de 4,83 m, c’est hors des sentiers urbains que la 508 s’exprimera avec plus d’aisance. La berline Peugeot, imperturbable sur les quelques kilomètres effectués mêlant autoroutes et départementales au revêtement inégal, aura su faire preuve d’un agrément de haut vol dans un confort princier.

Malgré  les 1.697 kg de la Française,  le 2.0 BlueHDi vous offrira des performances à la hauteur tout en étant discret à vitesse de croisière.  Durant notre escapade, nous aurons relevé une consommation moyenne de 6,6 l aux 100 km ce qui reste relativement sobre pour un bloc de 180 ch, . Avec 111 g de CO2/km, le catalyseur de NOx exonère la 508 d’un éventuel malus, une exception pour un moteur de 400 Nm de couple avec boîte automatique.

L’habitacle se contente, quant à lui, d’une évolution plus contenue avec un  console centrale plus aérée, s’allégeant au passage de quelques commandes comme celles du GPS, intégrées dans le nouvel écran tactile héritée de la petite soeur 308. Au rayon nouveautés technologiques, la caméra de recul (Féline/GT) et le détecteur d’angle mort sont de la partie et nous aurions aimé un régulateur adaptatif de plus en plus courant dans la concurrence.

Peugeot a opéré une mise à jour en profondeur de sa berline,  la qualité perçue et son habitabilité généreuse sont dignes d’un modèle haut de gamme. Sur les longs trajets, nous avions l’impression que seul un réservoir vide pourrait mettre en pause notre régime de croisière réalisé dans un confort inégalable. Avec un châssis exceptionnel propre à Peugeot et des tarifs nettement inférieurs à ceux de ses concurrentes germaniques, la 508 s’offre une belle cure de jouvence qui nous aura séduit tout au long de notre test routier. Avec un choix de plus en plus restreint, à l’heure ou nous écrivons ces lignes, la Peugeot 508 II est bien  la plus grande et la plus luxueuse des berlines françaises  !

 

Les tarifs de la Peugeot 508 restylée débutent au tarif de 24 750 € (1,6 vti 120 – Access) pour culminer à 40 400 €, notre version d’essai (2,0 l BlueHDI 180 ch EAT6 – Féline).

 

 

Peugeot 508 II

 

  • Modèle essayé : Peugeot 508 2,0 HDI 180 EATS 6 Féline (40 400 €)
  • Vitesse Maxi (km/h) : 230
  • Puissance fiscale (cv) : 9
  • 0 à 100 km/h : 8’5
  • Poids (kg) : 1 697
  • Longueur (m) : 4,83
  • Coffre à 5 (l) : 515
  • Réservoir (l) : 72
  • Conso urbain / extra urbain : 5,1/3,8
  • Moyenne constructeur : 4,8
  • CO2 (g) : 111 (malus neutre)

 

 

Les points positifs

Un visage plus charismatique
Son confort
Nouvelle Boite EAT6
Châssis et freinage bluffants

Les points négatifs

Son gabarit
manque de rangement
Pas de régulateur adaptatif
  • test

  • j adore la version gt line et je trouve le break plus jolie