Test : le Huawei Mate S

Comme pour le test de la Watch, que je vous invite à lire si jamais vous avez envie d’une montre connectée, nous allons commencer par un petit tour des caractéristiques :

Le Mate S est donc livré avec Android Lollipop 5.1, et leur surcouche Emotion UI dans sa version 3.1, le tout tourne sur un SoC maison, le Kirin 935, avec un Mali-T628 MP4 pour la partie graphique, épaulés de 3Go de RAM, de 32 Go de mémoire. Côté affichage on a un classique écran fullHD de 5.5 pouces AMOLED, protégé par Gorilla Glass 3. Pour l’appareil photo frontal, les amateurs de selfies ne seront pas déçus avec un capteur de 8 mégapixels, pour l’appareil dorsal, on est en présence d’un 13 mégapixels stabilisé, mais avec une technologie RGBW, nous reviendrons dessus plus tard. Finissons avec un petit tour des capteurs et connectiques, nous avons du Wi-Fi b/g/n (2.4GHz), du bluetooth 4.0 et la téléphone est compatible 4G+ (à noter qu’il ne prend que des nanos SIM), il dispose du NFC, du GPS, A-GPS et Glonass, de capteurs de luminosité, de proximité, d’un gyroscope, d’une boussole, un accéléromètre, et un peu moins communs mais de plus en plus présents, un capteur magnétique (pour la coque-vitre, fournie qui plus est) et un lecteur d’empreintes digitales à l’arrière. Le téléphone possède une batterie de 2700mAh non amovible et n’a pas de résistance à l’eau, il mesure 149.8 x 75.3 x 7.2 mm et pèse 156 grammes, et tout ça pour un prix conseillé de 649€. Huawei veut donc se positionner dans le très haut de gamme, voyons donc ce qu’il en est.

Pour le design, on remarque que ce Mate S ressemble énormément au Mate 7, qui avait l’air très inspiré d’autres modèles concurrents, sans les citer. Mais étant donné qu’il est plutôt joli, pourquoi s’en priver, on a une coque en aluminium donc, avec deux bandes fines en haut et en bas, qui évite l’effet « simple coque » vu que celle-ci n’a pas de texture particulière ou de motif, même si la raison de leur présence n’est pas purement esthétique. La finition est vraiment remarquable, cela m’a encore plus choqué que sur la montre, tout est aligné, calculé et parfaitement assemblé, la coque légèrement bombée reste toujours un bon choix pour la sensation en main, et les bords de l’écran courbes évitent l’effet rebord qui bloque le doigt lors des glissés latéraux, et ça, j’adore. La prise micro-USB est centrée sous l’appareil tandis que la prise jack est de l’autre côté, un peu décalée, libre à chacun de préférer cette disposition, pour ma part je n’ai pas de problème avec le côté de la prise jack.

Huawei MATE S- 2

L’écran, maintenant, ne m’a pas laissé un sentiment de réussite, il n’est pas très lumineux, 370 cd/m², la full HD, même si la différence avec la QHD n’est presque pas perceptible, me laisse un goût amer sur un téléphone qui se positionne dans cette gamme, et les couleurs sont très criardes dans la configuration usine, heureusement, il sauve un peu les meubles car il dispose d’un réglage de la température de couleur qui fait ne fait pas totalement disparaitre ce qui, pour moi, est quand même un petit défaut, et laisse même une teinte jaunâtre sur les blancs, préférant les rendus fidèles au look cartoon, je n’ai pas été convaincu. En ce qui concerne son contraste, il est digne d’un écran AMOLED, est forcément excellent, avec des noirs ultra profonds. Attention à l’utilisation en plein soleil cependant, la luminosité, même poussée au maximum ne permet pas de très bien lire les textes.

Sans plus attendre, passons à la partie logiciel, je préviens tout de suite, l’interface ne dispose pas de menu applications, elle sont donc toutes placées directement sur le « bureau », et si on veut pouvoir respirer en installant pleins d’applications, on se retrouve vite avec beaucoup de pages et de dossiers, passer cet aspect particulier, je suis assez fan du tiroir des notifications et raccourcis, avec son effet opaque et sobre. les menus sont assez contrastés, avec des icônes très colorées sur un fond blancs, et dispose de certaines options qui sont vraiment les bien venues, j’ai particulièrement aimé la capture vidéo de l’écran qui est intégrée directement au logiciel, nous laissant simplement « toquer » sur l’écran avec 2 doigts (1 doigt servant à faire une capture d’écran) et nous laisse 3 secondes afin de choisir entre le mode SD et le mode HD, et ensuite, la capture se lance, pouvant enregistrer jusqu’à 5min d’un coup au maximum, peu importe la qualité choisie, par contre, ne vous attendez pas à quelque chose de super fluide, le téléphone ne ralentit quasiment pas dans une utilisation normale mais la vidéo a un framerate compris entre 15 et 20 images/seconde, vous pourrez admirer certaines options propre à ce Mate S ou présentes dans peu de téléphones dans une de ces captures que j’ai faite. Attention, le capteur d’empreinte est assez capricieux et il faut souvent s’y reprendre à plusieurs fois pour déverrouiller le téléphone, surtout si on a choisi de mettre la coque fournie, qui laisse apparaitre l’heure et des notifications lorsque le téléphone est sur l’écran de verrouillage.

Je vais passer assez vite sur les performances, qui ne sont tout simplement pas du tout en cohérence avec le positionnement de l’appareil sur le marché, donc le téléphone est fluide dans une utilisation standard mais je le déconseille fortement pour tous ceux qui veulent jouer avec, en tout cas avec des jeux un peu gourmands, on est quand même en présence de résultats qui sont plus proches des milieu-haut de gamme de l’an dernier que vers ceux de 2015.

Pour la partie photo, je n’ai pas été transcendé par les capteurs, ils restent bons cependant, les photos en mode selfie rendent très bien avec une bonne luminosité mais perdent vite en qualité une fois qu’il commence à faire sombre, le capteur principal par contre se débrouille bien en basse et remarquablement en haute luminosité et ne laisse pas trop de bruit, tout ça étant aidé par le capteur RGBW, qui possède 4 sous-pixel au lieu de 3, en effet, on a ici des sous-pixels rouges, verts, bleus, et blancs.

Avant de conclure, un petit mot sur l’autonomie, qui se situe vraiment dans le bas du panier, la batterie n’aidant vraiment pas, 2700mAh, c’est vraiment peu, et même si l’AMOLED doit aider car éteignant les pixels noirs, on a du mal à tenir la journée si on s’en sert pas mal.

Donc pour conclure, on est en présence d’un très bon téléphone… de 2014, qui a du mal à tenir la charge, mais avec un design ultra soigné et de très bons clichés de jours, tout ça au prix d’un très haut de gamme de 2015, personnellement, je trouve que ce téléphone a sa place sur le marché, qui peut séduire, surtout pour la plastique, mais clairement pas à ce prix, il aurait été mieux dans les alentours de 450 d’après moi.

Les points positifs

Design vraiment soigné
Certaines fonctions logiciel
Les photos en fort luminosité
un unboxing respirant le luxe

Les points négatifs

Autonomie
L'écran décevant
Performances
Prix